Jean-Luc Coatalem, trois perles dans ma bibliothèque…

Jean-Luc Coatalem vient de publier Le dernier roi d’Angkor aux Editions Grasset. Salué par la critique, son livre a été sélectionné pour le prix Kessel 2010. Il sera à la Librairie Dialogues le 17 mai. Rencontre avec l’auteur, amoureux de Brest et de ses désirs d’ailleurs et qui nous livre ses ouvrages favoris.

Version papier

[Version numérique]

Je suis de famille brestoise. Mes grands-parents habitaient rue Victor-Hugo, au-dessus du port de commerce. Du balcon, on entendait les tintements de la rade et la sirène des bateaux. Par beau temps, le goulet scintillait et faisait, plein ouest, comme un trou sous les nuages. Chacun d’entre nous avait des envies de partir, par-là.

Si mes ancêtres travaillèrent à l’Arsenal, mon grand-père paternel sera le premier à aller en Indochine, à la fin des années vingt. Un poste à Saïgon. Un oncle le rejoindra. Un troisième posséda même une plantation d’hévéas dans le sud. De surcroît, comme fait exprès, mon grand-père maternel prendrait sous son aile un jeune asiatique, un orphelin, à la fin de la Guerre d’Indochine. L’enfant reviendrait souvent chez nous, mystérieux, compliqué, à la fois timide et brutal. Ne lâchant rien de ses secrets.

C’est cette matière-là que j’ai voulu raconter et mettre en scène dans mon roman Le dernier roi d’Angkor. L’histoire d’une fascination pour un ailleurs, pour un autre que soi. Le désir d’une autre vie. Le livre est une enquête intime, à travers le temps mais aussi la géographie. L’aventure commence en Bretagne, à Brest, et s’achève dans les Abers. Entre-temps, le livre nous a emmené au Cambodge, au milieu des ruines grandioses d’un royaume enseveli sous la jungle. Il faut y voir, bien sûr, une métaphore. Ne sommes-nous pas tous, à notre façon, les derniers rois de quelque chose qui s’enfuit?

JLC

__________

Parmi mes lectures de voyage préférées, ces trois «perles» de ma bibliothèque…

Christian Delacampagne – Toute la terre m’appartient (éd. Arthaud)

Christian Delacampagne, philosophe et écrivain partage son goût pour le voyage et fait le récit de son errance à travers le monde : Espagne, Turquie, Liban, Arménie, Inde, Chine, Japon, Vietnam, Cambodge, Sri Lanka, Etats-Unis.

« J’ai donc beaucoup vécu dans les langues – des langues qui n’étaient pas les miennes – comme si, chaque matin, il m’avait fallu enfiler les vêtements de quelqu’un d’autre. Ensuite, les journées se passaient à tenter de déchiffrer ce que les autres disaient, ce qu’ils se disaient de moi entre eux, ce qu’ils voulaient me dire ou me faire dire, ce qu’ils avaient compris de ce que je venais de dire. »

Vassili Golovanov – Eloge des voyages insensés (éd.Verdier)

Traduit du russe par Hélène Châtelain

Dans ce récit, l’auteur raconte ses expéditions en mêlant à ses impressions, ses propres sensations, des légendes, des contes, des dialogues, composant ainsi une étrange et puissante partition symphonique qui fait de son livre une sorte d’épopée contemporaine sur les cendres des temps mythiques.

Golovanov ne se limite pas à « chanter l’espace » et l’antique horde nomade du Grand Nord, il montre les désastres infligés par la civilisation industrielle et le communisme à cette terre et à ses hommes, et la déréliction dans laquelle ils se trouvent aujourd’hui.

Se faire une opinion sur l’originalité de cette prose, seuls peuvent le tenter ceux qui décident, aux côtés de l’auteur, d’entreprendre le voyage.

Phillipe Beaussant – L’archéologue (éd. Folio)

Combien de temps l’archéologue a-t-il encore à vivre ? Etendu sur la terrasse, face au Nil, il parle. Il parle de lui-même, de la vie, de la mort, de quelques personnages qui ont traversé sa vie aux quatre coins des vieux continents où il a travaillé à reconstruire les temples séculaires.

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs invités sur ce blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s