À semaine pluvieuse, conseils heureux !

Petit tour d’horizon des lectures conseillées cette semaine. Les lecteurs ont aimé et partagent leurs coups de coeur à la librairie.

Conseillé par Gwenaelle, l’ Itinéraire d’enfance paru chez Sabine Wespieser évoque  les tribulations d’une enfant dans le Vietnam des années cinquante. Bê a douze ans, sa vie dans le bourg de Rêu s’organise entre sa mère, ses amis, ses voisins et ses professeurs. Son père, soldat, est en garnison à la frontière nord. Mais parce que son caractère est déjà bien trempé et qu’elle ne supporte pas l’injustice, elle prend la défense d’une de ses camarades abusée par un professeur, et se voit brutalement exclue de l’école.

L’écriture de Duong Thu Huong est d’une grande clarté. Son style fluide laisse couler aussi bien les mots que l’histoire, dans un beau mélange d’odeurs, de couleurs et d’émotions. La construction rigoureuse du récit n’apparaît pourtant pas aux yeux du lecteur, tout entier captivé par l’histoire de la petite Bê. Et pourtant il se déroule, implacable, alternant descriptions et péripéties, moments de joie ou de peine, à l’image même de la vie de l’enfant…

Les femmes, de TC Boyle nous est conseillé par Lucile, roman oscillant entre le documentaire et la fiction sur l’architecte emblématique que fut Frank Loyd Wright, Boyle livre la biographie intime et conjugale d’un homme qui, en son temps, défraya la chronique.

Pour chacune de ces femmes, F.L. Wright tel Sisyphe, pousse le rocher de ses amours vers son sommet, son refuge, Taliesin. Chaque fois recommencer : combattre la presse choquée de cette ronde, la rage de ses ex-femmes, l’animosité de son entourage, de sa mère…
Et faire face dans le même temps aux créanciers, aux difficultés de ses projets.

Redécouvrir Attention éclaircie de Marie Le Drian, paru en 2007 aux Éditions de la Table Ronde, permet d’éclairer l’oeuvre  de cette auteur Morbihannaise, comme le souligne très justement Yvon. Dans son hameau perpétuellement envahi par le brouillard, Hélène se doit cependant de meubler ce temps à la fois irréel et inéluctable. Harcelée par les sarcasmes désespérants et désopilants de sa mère morte, elle commence par la démarche obligée : l’achat des langoustines. Et nous voici, lecteurs ahuris, embarqués dans une traversée comico-épique où aucune illusion, aucun faux-semblant, aucune aberration de la vie en société ne nous sont épargnés.

Attention, sous une certaine joie de vivre et d’humour se cache un livre grave sur les aléas de la vie. Une étude féroce des us et coutumes d’une certaine classe sociale et peut-être bien de tout le monde. Ce réveillon est un moment de lucidité sur les relations entre les êtres humains, sur les choses acceptées et inacceptables. Les petites critiques chuchotées, la vacuité des cadeaux, bref tous ces faux semblants que nous acceptons tous, bon gré mal gré.
Une oeuvre originale, d’une lecture agréable sur la solitude voulue ou contrainte. Un bon moment de littérature avec un petit côté fantasmagorique dans ce village noyé dans le brouillard.

Bouh lit et relit, en poche,  Légendes d’automne de Jim Harrison, trois courts romans publiés en 1979 réunis sur le thème de trois vengeances : le duel à mort entre un ancien pilote du Vietnam et un milliardaire mexicain, un cadre aux prises avec un marchand de drogue et enfin la vie et la mort de trois frères durant la Première Guerre mondiale.

L’écriture de Jim Harrison approche de la perfection, par une maîtrise totale de son texte et des mots. Précise et concise, sa narration dépeint avec justesse des personnages profonds, à qui on a enlevé trop brusquement quelque chose qu’ils veulent absolument récupérer. La violence décrite par Jim Harrison sert simplement à la dénoncer. Les gens veulent se croire civilisés, mais ne le sont pas, et l’auteur n’hésite pas à le montrer à son lecteur.Un très beau livre, avec trois textes superbes, magnifiquement bien écrits. Un coup de cœur, sans hésiter !

Enfin, La Flèche du temps, de Martin Amis, fraichement paru en Folio aux Éditions Gallimard nous est conseillé par Magali. Ce roman évoque la vie d’un homme racontée à l’envers : telle est l’idée maîtresse de ce livre. Tod, le héros, n’avale pas sa soupe ; il la recrache.

Tod Friendly se réveille d’une douloureuse agonie. Et voilà que tout recule: sa vie, le temps, le monde. L’univers a enclenché la marche arrière. Tod rajeunit, retrouve l’usage et la maîtrise de son corps, il retourne sur les pas de sa jeunesse avec tous ses souvenirs de vieillesse. Mais étrangement, le personnage change. Le vieil homme débonnaire qui offrait des jouets aux enfants devient un homme avide de conquêtes féminines. Il devient surtout un homme aux multiples visages et multiples noms. Tod Friendly cache un secret et il en prend connaissance en même temps que le lecteur.

1 commentaire

Classé dans Coups de coeur(s), De la lecture

Une réponse à “À semaine pluvieuse, conseils heureux !

  1. Merci pour ce billet récapitulatif ! Très intéressant de lire ce condensé de conseil des autres lecteurs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s