Un dossier spécial fête des pères et un clin d’oeil

Les libraires de Dialogues vous ont concocté une belle sélection de titres pour vous permettre de préparer la fête des pères en toute sérénité.

Parce qu’aujourd’hui un papa se doit d’être tout à la fois un papa génial, un bricoleur, un bon cuisinier, un amoureux extra, un ami sur lequel on puisse compter… Parce qu’on ne « naît pas homme génial mais qu’on le devient », voici une sélection d’ouvrages qui aideront notre homme à se parfaire !

  • Accéder à notre dossier
  • Et comme un papa heureux est un papa hilare, nous vous proposons  l’irrésistible Les Papes ou le Bréviaire de Maître Gorgibus, de Laurent Silliau et Arnaud Le Gouëfflec, publié aux Éditions Gingko.

    Seul dans son abbaye de Sainte-Paluche, l’abbé Gorgibus rédige 45 vies de saints inédits. De sainte Pistache à saint Melon le prétentieux, de la sinistre sainte Horreur à saint Carafon, patron des bistrots, en passant par saint Camembert, les hagiographies imaginaires de l’abbé Gorgibus dresse une liste absurde de figures de bouffons illustrée de reliques inattendues.

    Saint Caramel

    Saint Caramel était un gros saint voluptueux, aux cheveux gras et bouclés, aux joues rebondies, aux lèvres roses et charnues. Il était très féminin, courait les rues vêtu d’un déshabillé transparent, en sandalettes. Dans le village, il était le seul à se raser et à se laver : saint Caramel prenait des bains parfumés, se faisait masser avec de l’huile de caroube et se roulait ensuite dans les pétales de rose.
    Lorsque le roi Ferdinand déclara la guerre à son cousin Romuald, les gardes vinrent chercher Caramel chez lui, pour l’enrôler. Mais, sur le front, notre ami se montra singulièrement peureux, poussant des petits cris d’effroi à la moindre volée de flèches, faisant le dégoûté devant les décollations, s’évanouissant dans les massacres. Le roi Ferdinand, inspectant les troupes, fut frappé de son étrange physionomie.
    « Allons, se dit-il, ce précieux là serait bien mieux à l’arrière, loin des combats. »
    Il imaginait en effet Caramel tricotant des petites laines pour les soldats, ou préparant les festivités du retour. Il mit pied à terre et s’approcha du saint pour lui parler, mais à peine eut-il ouvert la bouche que Caramel mourut, foudroyé par son haleine.

    Poster un commentaire

    Classé dans Non classé

    Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s