Portrait d’Anne Savelli

L’auteure Anne Savelli est en résidence sur le blog de Dialogues
à l’occasion de la sortie prochaine de son livre, Franck,
à paraître le 8 septembre aux Éditions Stock.

Anne Savelli est née à Paris, ville dans laquelle elle réside actuellement. Après des études de lettres modernes et d’audiovisuel à la Sorbonne, elle a été successivement vendeuse dans une librairie près du canal Saint-Martin, formatrice en français, documentaliste pour un annuaire internet américain, journaliste dans la presse informatique et audiovisuelle, correctrice, lectrice de manuscrits…  Des métiers destinés à lui permettre d’écrire « à côté », en espérant que cet « à côté » prenne le plus de  place possible. Elle aime travailler avec des artistes d’autres disciplines ( musique, arts plastiques,  arts de la scène), a été en résidence au Cent Quatre et à la  Bellevilloise, s’intéresse bien entendu à Internet (cf  Fenêtres, son blog), au cinéma, à la photographie, à la musique, à la danse, à la poésie, à la peinture, à la vidéo, à la ville…
Son premier livre, paru aux éditions Le Mot et le reste en 2007,  Fenetre Open Space, est une sorte de « journal du regard ». Il tente de faire l’inventaire de ce qu’un usager du métro aérien peut observer entre les stations Colonel Fabien et Barbès-Rochechouart, à Paris.
Le suivant,  Cowboy Junkies / The Trinity Session, publié en 2008 chez le même éditeur dans une collection qui croise littérature et musique (« Solo »), est intrinsèquement lié au troisième, Franck, qui paraît le 8 septembre aux éditions Stock dans la collection La Forêt. Cowboy Junkies est en effet la « bande-son » de Franck : il évoque l’album (The Trinity Session) du groupe de rock canadien que la narratrice écoutait à l’époque du récit. On peut lire les deux livres indépendamment l’un de l’autre mais on peut également lire les deux, puisqu’il s’agit d’éclairer différemment la même histoire.
Franck, lui, n’est pas un roman, ni un récit, ni un livre à contraintes, ni une biographie : c’est un peu tout cela à la fois. Il trace le portrait d’un jeune homme uniquement à travers les lieux (quartiers, villes, rues) dans lesquels celui-ci a vécu à la fin des années 80. Ces lieux oscillent généralement entre usage public et  privé : ce sont des gares, des places, des stations de métro, des wagons de train, des squats, des cafés, des parloirs de prison…
En octobre paraîtra un autre livre, numérique cette fois : Des Oloé, espaces élastiques Où Lire Où Ecrire, aux éditions D-Fiction. Comme son nom l’indique, il s’agit cette fois, en utilisant le texte et la photographie, de chercher autour de soi des endroits où il paraît encore possible de lire, d’écrire, de penser, de rêver… La plupart des Oloé (neuf sur douze) ont été précédemment  accueillis par le site Mélico (Mémoire de la Librairie Contemporaine).

Retrouvez ici tous les feuilletons du journal de publication de Franck

Poster un commentaire

Classé dans Auteur(e) en résidence : Anne Savelli, Auteurs invités sur ce blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s