Festival off d’Avignon 2010

Invitation faite à Claudine Frey *,  lectrice présente au festival d’Avignon partageant avec nous ses coups de coeur…


Michel Quint, Effroyables jardins

J’avais beaucoup aimé la lecture de Effroyables jardins de Michel Quint, aussi c’est avec curiosité que je suis allée voir ce spectacle au festival off d’Avignon, Théâtre de Notre- Dame, texte mis en scène par Marcia de Castro et interprété par André Salzet.

Je rappelle en quelques mots le sujet de l’intrigue : un enfant éprouve de la honte de voir son père, instituteur, s’habiller en clown et se produire dans de petites fêtes où, Auguste sans talent, il se ridiculise. Il a parfois l’impression qu’il se comporte ainsi pour se mortifier ou encore pour régler une dette qui resterait toujours impayée. Un jour, son oncle lui apprend pourquoi son père agit de cette manière en lui racontant leur histoire à tous deux. Pendant la guerre, jeunes résistants mais un peu irréfléchis dans leurs actes, ils ont fait sauter un transformateur. Pris en otage avec deux autres personnes, ils sont retenus prisonniers au fond d’une fosse en attendant d’être exécutés si personne ne se dénonce. Une sentinelle allemande qui se révèle être clown dans la vie civile, leur vient en aide en leur donnant à manger et en les distrayant pour les soustraire à l’angoisse de ce qui les attend. Une preuve d’humanité au milieu de l’horreur. Enfin et contre toute attente, ils ne seront pas exécutés mais envoyés dans un camp. Ils apprendront plus tard que c’est à un ouvrier français, électricien travaillant dans le transformateur, brûlé par la bombe et qui meurt des suites de l’attentat, qu’ils doivent leur survie.

Michel Quint dans ce très beau texte décrit les effroyables jardins que nous cultivons en nous et qui sont faits de nos souffrances, de nos regrets, et de la culpabilité, sentiment obsédant, qui s’attache à sa proie pour ne jamais lâcher prise, de l’impossibilité de se pardonner. Il parle de la lâcheté et du courage, parfois si proches l’un de l’autre et qui peuvent coexister dans une seule personne, de la peur de la mort et de son indispensable corollaire, l’amour de la vie, chez des êtres jeunes qui ont à peine commencé à vivre. Mais il montre aussi comment dans la noirceur d’un monde livré à la guerre, à la brutalité nazie, la solidarité et la générosité allument un feu de joie et parviennent à sauver l’Humanité.

André Salzet est seul sur la scène dans un décor minimaliste. Un tabouret, par exemple, permettra de figurer la hauteur infranchissable qui sépare les prisonniers au fond de leur trou de la sentinelle qui les domine. Jeux de lumière sobres. Tout est dans l’interprétation.
Si j’ai moins été convaincue par l’enfant du début du texte, je me suis peu à peu laisser prendre par le jeu de l’acteur qui incarne tous les personnages et nous les fait voir avec une belle virtuosité. Peu à peu André Salzet nous amène au fond de la conscience de ces hommes et nous fait partager leurs sentiments, peu à peu l’émotion nous gagne jusqu’à un crescendo qui nous met les larmes aux yeux.
Une réussite!

Effroyables jardins Michel Quint
Interprète André Salzet
Théâtre Notre-Dame Lucernaire -Avignon
13 à 17 rue du collège d’Annecy
11H jours impairs en alternance avec : Le joueur d’échecs de Stefan Zweig jours pairs
Jusqu’au 31 Juillet
Réservation 04 90 85 06 48

Spartacus, théâtre la Licorne

Spartacus. C’est une pièce un peu hors norme que je suis allée voir l’autre soir à Villeneuve-Lez-Avignon sur la colline des Mourgues. Et d’abord, au milieu des pins, un lieu plein de charme qui domine la vieille cité avec ses remparts, ses toits de tuiles qui s’étagent jusqu’aux tours du Fort Saint André. Ensuite, le décor dans lequel va se dérouler la tragique histoire de Spartacus, une structure de métal qui reproduit un cirque romain, avec sa piste ovale, son arène où vont avoir lieu devant la plèbe assoiffée de sang (nous, les spectateurs!) de féroces combats de gladiateurs et des courses de chars miniatures. Nous sommes transportés à l’ère romaine et nous assistons au spectacle du théâtre La Licorne dirigé par Claire Dancoisne où l’objet animé, créé à partir de bouts de ferraille, de plaques métalliques, de papier mâché, de cartons, est au centre de la magie théâtrale.

Les gladiateurs, de frêles créatures de métal manipulés à vue par des comédiens qui incarnent leur double humain, affrontent courageusement des ennemis d’une taille gigantesque, monstrueux éléphant construit avec toutes sortes de pièces de récupération, lion dont le masque d’acier à la mâchoire redoutable s’apprête à se refermer sur la victime et dont l’échine formé par le corps souple de deux comédiens imite à se méprendre la démarche sinueuse du félin. Au-dessus deux sur la tribune, dominant les jeux, l’empereur et son général, interprétés par des chanteurs lyriques, commentent  la scène comme un opéra tragique.

Nous sommes projetés au milieu de combats d’une violence inouïe où l’homme est sacrifié à la folie meurtrière de la foule. Les jeux de lumière crus, le bruitage, les enregistrement des cris des spectateurs réclamant la mise à mort, la démesure des comédiens-esclaves au corps maculé de sang, zébré de cicatrices qui, dans leur révolte, escaladent la structure métallique, montent à l’assaut des spectateurs, nous plongent dans une illusion parfaite. L’apparition toujours renouvelée d’objets extraordinaires comme ces pieds coupés défilant sur un tapis roulant,  image de l’armée des esclaves en marche et, plus tard, après leur défaite, du massacre perpétré par l’armée romaine, concourt à la magie de cette mise en scène inventive qui, de plus, ne manque pas d’humour. Je pense aux  comédiens qui aspergent la marionnette du gladiateur tombé au combat avec une éponge pleine de « sang », à cet échafaudage échevelé qui figure le Vésuve, ou au bain de l’empereur et de son général dans des baignoires assez improblables, à la mouche-objet articulée, noyée dans le bain par un esclave opprimé qui exerce sa puissance sur …  la seule créature plus faible que lui!

Un beau spectacle donc, malgré un fléchissement du rythme au cours de la pièce, intéressant, riche, et qui fait appel à notre imaginaire.  A voir en famille à partir de six ans.

Théâtre La Licorne
Spartacus  22H
Jusqu’au 23 Juillet (relâche le 20)
Réservation : 04 32 75 15 95
Villeneuve-lez-Avignon
Colline des Mourgues

__________

  • Le blog de Claudine Frey
  • Claudine Frey, professeur de lettres à la retraite,  a été critique de théâtre pendant plusieurs années au journal La Provence et responsable de la page théâtre pour la jeunesse dans ce même journal.

1 commentaire

Classé dans Invitations à...

Une réponse à “Festival off d’Avignon 2010

  1. Pingback: Festival off d’Avignon 2010 : Oh Boy ! par Le Théâtre du Phare « Librairie Dialogues

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s