Festival off d’Avignon 2010 : Oh Boy ! par Le Théâtre du Phare

Invitation faite à Claudine Frey *,  lectrice présente au festival d’Avignon partageant avec nous ses coups de coeur


Oh Boy ! est une pièce du Théâtre du Phare, mise en scène par Olivier Letellier. Elle a reçu le Molière du spectacle Jeune public 2010 et je dois dire qu’elle le mérite amplement. J’ai vraiment apprécié, en effet, ce spectacle à la fois fort, bouleversant et en même temps plein d’humour et de sensibilité. Je crois même avoir préféré l’adaptation théâtrale au roman de Marie-Aude Murail dont il est tiré. Le personnage du jeune homme, Barthélemy, m’a paru, en effet, plus intéressant et plus convaincant car le spectateur épouse son point de vue alors que, dans le roman, il est vu de l’extérieur et parait un peu benêt..

Mais d’abord, quel en est le sujet ? Trois enfants abandonnés par leur père et dont la mère s’est suicidée se retrouvent à l’orphelinat en attendant d’être placés ; ils font le serment de ne jamais se  laisser séparer. La solution? Etre adoptés tous les trois par leur demi-soeur ou leur demi-frère plus âgés qu’ils ne connaissent pas mais qui ont le même père qu’eux. Si la soeur est prête à adopter Venise, la jolie petite cadette, elle ne veut pas s’embarrasser des deux aînés, Siméon, un garçon de quatorze ans et la jeune Morgane « moches et surdoués ». Alors Bart, le grand frère, accepte de faire l’essai afin d’obtenir la tutelle des trois. Oui, mais quand on a à peine vingt-six ans, que l’on est au chômage, que l’on aime bien s’amuser, que l’on n’y connaît rien aux enfants, que l’on est homosexuel (que va en dire la juge des tutelles?), que votre copain en profite pour vous laisser tomber et que la maladie s’en mêle, alors les ennuis commencent! Oh Boy!

Les thèmes graves comme ceux de la maladie, de la mort, de l’abandon mais aussi de l’amour, de la famille et de la différence, sont traités entre rires et larmes mais toujours avec beaucoup de pudeur, de retenue. L’humour toujours présent permet de désamorcer le tragique et rend la pièce accessible aux enfants aussi bien qu’aux adultes.

Un seul personnage sur scène, Bart, le grand frère, nous raconte l’histoire, grand enfant gouailleur, un peu immature mais plein de bonne volonté. Ecorché, d’une sensibilité exacerbée, (il n’a jamais connu son père), il va peu à peu se révéler à lui-même, assumer des tâches qui le dépassent, donner du temps, de l’amour, de la compréhension aux orphelins. Devenir adulte, en quelque sorte, car la pièce soulève ces questions essentielles pour tout enfant : qu’est-ce qu’être responsable? Comment devient-on adulte? La vulnérabilité de l’enfance, sa dépendance, la cruauté du monde des adultes sont ici abordées avec beaucoup de finesse.
L’acteur, Lionel Erdogan, interprète Bart avec naturel et subtilité, toujours à mi-chemin entre la dérision et l’émotion, il rend son personnage non seulement crédible mais attachant. Il a l’art de rendre vivant les objets qui l’entourent, de faire « voir » les décors, les êtres, grâce à une scénographie épurée et sobre mais pleine d’inventions et de surprises: une armoire devient tour à tour lit, bureau, maison, hôpital, route… Les enfants sont figurés par divers accessoires souvent surprenants, trois livres, un grand, un moyen et un petit, une chaise qui devient tour à tour minuscule et délicate comme une toute petite fille que l’on prend dans ses bras ou image de la mort quand elle tourne sur elle-même dans un mouvement rotatoire qui figure la vie puis s’interrompt brusquement. Un canard culbuto vacillant incarne la fragilité et la douleur de Morgane. Une poupée Barbie? Le juge des tutelles mais aussi le symbole de l’enfance de Venise ainsi que de Bart. Les jeux de lumière avec les clairs-obscurs soulignent la présence de la Mort toujours menaçante. Des images pleines de poésie jaillissent comme ces balles de ping-pong qui fusent et retombent en pluie sur le spectateur, joie, illumination soudaines de Bart qui referme la blessure causée par l’abandon de son père.

La qualité d’écoute du public, les silences  profonds  qui succèdent aux rires, l’émotion ressentie et partagée, ajoutent encore au bonheur de ce spectacle théâtral.

Oh Boy!
compagnie Le théâtre le Phare
du 8 au 30 Juillet
au Théâtre de la Girasole
16H50

__________

Poster un commentaire

Classé dans De la lecture, Invitations à...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s