Au nord du monde de Marcel Theroux

Au Nord du monde
De Marcel Theroux
Plon

L’héroïne s’appelle Makepeace, shérif autoproclamé d’Evangeline, une ville totalement vidée de ses habitants. Seule depuis près de 15 ans et affrontant la solitude absolue d’hivers rigoureux, Makepeace patrouille dans les rues désertes, sauvant les livres et les armes des décombres. Cette terre froide et inhospitalière porte les stigmates de la catastrophe écologique qui a détruit le monde alentour. Tel un trappeur, l’héroïne organise sa survie dans la ferme familiale avec méthode, courage et ruse. Un jour, une jeune femme nommée Ping surgit de nulle part, laissant entendre qu’il existe de la vie ailleurs…

Suite au décès de ce « compagnon de fortune » et rongée par la lassitude, Makepeace tente de se suicider. Alors qu’elle passe à l’acte, un avion vient s’écraser non loin d’elle. Un nouveau signe de vie… Makepeace se ressaisit et décide de prendre la route pour rencontrer le genre humain, avec l’espoir d’un monde meilleur… ou sa fin…

A travers des paysages polaires désertiques et hostiles, Makepeace risque sa vie. Evidemment, on fait tout de suite le rapprochement avec le livre « La route » de Cormac McCarthy, mais le ton se veut ici plus optimiste. L’héroïne fait des rencontres, croise des survivants réduits à l’état de bêtes dangereuses, découvre de petits villages affamés repliés sur la peur et la haine. Elle intègre une communauté de religieux fanatiques, puis un camp de travail. Autant de situations qui font décliner ses espérances mais elle ne se laisse pas abattre : sa force, sa conviction et son instinct de survie sont les plus forts. D’abord esclave, elle devient ensuite gardienne. Et ses espoirs renaissent avec la Zone, une ancienne grande ville abritant une base scientifique secrète, que l’armée va fouiller régulièrement pour rapporter des objets précieux du temps d’avant tout en sacrifiant ses esclaves contaminés…

Au final, une quête bouleversante et un personnage attachant qui explore, à travers un monde dévasté, la place de l’homme dans l’univers qu’il a lui-même façonné puis détruit…

L’Odyssée d’Homer

___________

Marcel Theroux in Russia – Visionner sur le site du Guardian.

Poster un commentaire

Classé dans De la lecture, La lecture du jour

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s