Books n°16. Facebook, MySpace, Twitter à la librairie

500 MILLIONS D’AMIS

« Un peu en avance sur le Beaujolais, le Books nouveau est arrivé. Il change d’habits, mais le moine est le même. Le format se prête mieux à la mise en place en kiosque et en librairie. Il pose toujours un problème pour certains sacs à main, mais facilite la lecture au lit et dans les transports. Et favorise la conservation de la collection (contrairement au Beaujolais, les saveurs de Books gagnent à vieillir). Sur l’essentiel, le concept ne change pas. L’idée est toujours d’éclairer notre lanterne en nous appuyant sur les livres récents ou moins récents parus sur la planète (y compris en France) et sur les meilleurs articles que nous trouvons à propos de ces livres. Nous faisons désormais deux petites entorses à la règle : nous demandons à un auteur étranger de commenter un livre français qui fait débat (voir p. 78, sur de Gaulle) et, le cas échéant, publions un article exceptionnel non directement lié à un ouvrage (p. 32, sur l’amitié). Autre innovation, nous étendons notre veille sur les traductions récentes en français (p.92, « En librairie »).

Le dossier sur Facebook et les réseaux en ligne est fidèle à notre ambition. Nous donnons à penser sur un sujet aussi important que difficile à analyser. Comment expliquer qu’un milliard d’êtres humains aient pris la peine de se créer une page personnelle pour communiquer sur Internet ? Quelle est la signification, quelle est la portée d’un tel phénomène ?

D’une certaine façon, Books est antinomique de Facebook.

Le réseau en ligne favorise le contact facile, l’immédiateté, l’impulsivité, la réaction à fleur de peau. Il contribue davantage au renforcement aux préjugés et aux idées de chacun qu’à leur remise en cause. Books est une invitation à la lenteur réflexive, à la prise de distance. C’est une autre forme de plaisir. Nous avons quelques points communs, cependant. Notre jeunesse, d’abord. Comme le succès de Facebook, celui de Books (toutes proportions gardées !) nous dit quelque chose sur notre temps. La fidélité à Books témoigne aussi du sentiment d’appartenir à une certaine communauté d’esprits. Or Facebook est un agrégat de communautés d’esprits. D’où notre point commun le plus évident : notre désir d’avoir beaucoup d’amis. »

À lire aussi dans ce numéro

De Gaulle, entre Chateaubriand et Astérix

Le 15 mai 2010, le Snes (Syndicat national des enseignants du second degré) demandait à l’Inspection générale de l’Education nationale de retirer les Mémoires de guerre, tome 3, du programme du baccalauréat littéraire 2010-2011. Chefs d’accusation principaux du syndicat : les Mémoires véhiculent un message politique, et, fait aggravant, celui-ci est revendiqué par le pouvoir en place.

Sur cette querelle bien française, Books a fait réagir Sudir Hazareensigh, professeur de sciences politiques à Oxford. Lui- même auteur d’un livre consacré au premier président de la Ve République, il considère que Les Mémoires de guerre de Charles de Gaulle sont une œuvre littéraire, même si elles ne sont pas seulement cela. Elles s’inscrivent dans la lignée du Mémorial de Sainte-Hélène et surtout des Mémoires d’outre-tombe. Et ont exercé une influence durable sur les esprits, dont témoigne le fabuleux succès d’Astérix.

Une américaine contre le désastre carcéral

Depuis vingt ans, l’avocate Sunny Schwartz combat de l’intérieur un système qui conduit les deux-tiers des détenus à récidiver. En obligeant les criminels à regarder leurs actes en face et en les aidant à s’affranchir d’une culture de l’honneur destructrice. La démarche désole ceux qui font de la lutte contre les inégalités un préalable, mais les résultats sont encourageants.La démarche désole ceux qui font de la lutte contre les inégalités un préalable, mais les résultats sont encourageantsLa démarche désole ceux qui font de la lutte contre les inégalités un préalable, mais les résultats sont encourageants

La faille du darwinisme

La théorie de la sélection naturelle a fait ses preuves. Seul problème : elle n’explique pas pourquoi les êtres vivants sont ce qu’ils sont. Les biologistes de l’évolution et les philosophes de la biologie en savent moins qu’ils le prétendent. Cela les rend très susceptibles.Les biologistes de l’évolution et les philosophes de la biologie en savent moins qu’ils le prétendent. Cela les rend très susceptibles.Les biologistes de l’évolution et les philosophes de la biologie en savent moins qu’ils le prétendent. Cela les rend très susceptibles.

Les passions de Shah Jahan

Troisième des quatre « grands Moghols », l’empereur Shah Jahan cultivait avec un égal raffinement le goût des arts et l’amour de son épouse, Mumtaz. Deux passions réunies dans le plus somptueux des mausolées, le Taj Mahal. Mais ce souverain flamboyant était aussi le parfait représentant d’une dynastie rongée par les intrigues. La splendeur des miniatures réunies dans le Shah Jahan Album, qui illustrent ce texte, témoigne de la puissance de cet empire musulman sans rival.

Matt Ridley: « L’humanité poursuit sa marche au progrès »

Rédacteur en chef de The Economist aux Etats-Unis et auteur de nombreux bestsellers de vulgarisation scientifique, Matt Ridley vient de publier The Rational Optimist. How Prosperity Evolves. Sa thèse, expliquée dans l’entretien qu’il nous a accordé : malgré l’évidence, les experts et les médias ne voient pas que la tendance au progrès ne s’est jamais démentie et ne cesse de se confirmer. Les pessimistes ont deux fois tort : dans les faits et moralement.

1 commentaire

Classé dans Non classé

Une réponse à “Books n°16. Facebook, MySpace, Twitter à la librairie

  1. j’en ai des livres qui sont passés dans mes mains
    mais celui là pas dans les miennes mais dans celles de mes collegues
    instructif blog de la librairie où je travaille.
    @bientot

    http://shawigasa.spaces.live.com/blog/cns!72B6019C70B6BB42!4646.entry

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s