Miel, film turc de Semih Kaplanaglu

Un enfant Yusef est inhibé à l’école, il bagaye. Son père, Yakub, apiculteur, l’emmène en foret relever le miel des ruches. L’enfant a un regard et un silence d’une immense gravité et d’une poésie qui donne à ce film une dimension tragique d’une rare puissance. L’inquiétude, la difficulté avec la langue, la mort du père, font l’horizon de ce beau poème cinématographique.

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs invités sur ce blog, Les chroniques de Marie-Magdeleine Lessana

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s