Mercredi 7 juillet, à la maison. Journal d’écriture d’Anne Savelli

Hier soir, en enregistrant la partie « gare du Nord » (la première) pour le site, j’ai découvert une correction que je n’avais pas validée, qui contredit totalement le sens de ma phrase et me serre vraiment le coeur. J’étais tellement stupéfaite que je l’ai lue telle quelle, en plus…

(Aujourd’hui, 29 novembre 2010, je la rétablis, donc :

page 24 est écrit : « Personne ne vient jamais pour vous, qui traversez le quai en colère, soulagés ou inquiets, prêts à la baffe, personne, quand vous êtes tellement visibles. »

Il faut lire en réalité : « « Personne ne vient jamais pour vous, qui traverse le quai en colère, soulagé ou inquiet, prêt à la baffe, personne, quand vous êtes tellement visibles. »

soit le contraire, exactement)

Le soir :

Je cherche du vivant.

Poster un commentaire

Classé dans Auteur(e) en résidence : Anne Savelli, Auteurs invités sur ce blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s