Écrire au quotidien : l’énumération pour dire le monde

Le jeudi 10 février 2011, j’ai mené deux ateliers d’écriture à la librairie. Ces ateliers d’écriture se sont déroulés en deux temps : une séance le matin, de 10h30 à 12h30, une séance en soirée, de 17h30 à 19h30. 15 personnes ont participé à la première séance et plus de 30 personnes à la deuxième. J’ai été très sensible à l’enthousiasme, à la participation, aux échanges et la générosité des textes écrits lors de ces deux séances.

Les deux ateliers se sont déroulés selon le même modèle, un court atelier pour se mettre en mots (et en jambes car il fallait écrire à partir de fragments de textes déjà écrit qu’on a trouvé dans les livres de la librairie), briser les lignes d’association, suivi par un second atelier un peu plus long. Les lieux fonctionnant comme théâtre de la mémoire. L’énumération comme arme pour dire le monde. Ces quatre ateliers sont, bien entendu, extraits de l’ouvrage : Comment écrire au quotidien, dont j’ai déjà diffusé plusieurs extraits sur le blog de la Librairie Dialogues.

Retrouvez l’intégralité des textes écrits par les participants à ces ateliers d’écriture sur Liminaire, le site de Pierre Ménard : http://www.liminaire.fr/spip.php?article1232


Extrait du texte :


55.

Poème express : biffer le maximum de mots, de lignes, d’une page arrachée d’un roman d’amour idiot ou d’un roman policier idiot, jusqu’à arriver à une combinaison satisfaisante pour l’esprit ; une autre façon de briser les lignes d’association…

 

59.

Composer un texte court ou texticule (slogan, aphorisme, morale, résumé d’une intrigue inédite, poésie, parodie, cadavre-exquis, énumération pseudo-scientifique, etc.) à partir d’une récolte de livres dont on ne garde que le titre. Attention, ne jamais réutiliser un titre d’un texte à l’autre.

 

112.

Puiser dans le nom des rues, des quartiers du lieu où l’on a passé sa jeunesse, matière à écrire de courts textes autobiographiques, fragments de vie, biographie familiale, les lieux fonctionnant comme théâtre de la mémoire.

 

346.

L’énumération comme arme pour dire le monde. La juxtaposition d’éléments forts, de haute gravité, ou à teneur politique, voire subversive, et d’éléments qui tout d’un coup provoquent le rire, ou la seule légèreté. Une énumération tient, c’est quand sa propre table des matières devient elle aussi une prouesse de langage.

 

Comment écrire au quotidien : 365 ateliers d’écriture de Pierre Ménard est diffusé sur Publie.net, coopérative d’auteurs pour la littérature numérique depuis décembre 2010.

ISBN : 978-2-8145-0365-6

Liste des ateliers en question :

Coupe Carotte, Lucien Suel, éditions Derrière la Salle de Bain, 2002.

Noms de Nantes, Jacques-François Piquet, Joca Seria, 2002.

Au diable les écrivains heureux, Laurent d’Ursel, La Cinquième Couche éditions, 2005.

Ceux qui songent avant l’aube, Jean-Louis Kuffer, Publie.net, 2010.

Photographies : Pierre Ménard, 2011.



1 commentaire

Classé dans Auteur(e) en résidence : Pierre Ménard, Auteurs invités sur ce blog

Une réponse à “Écrire au quotidien : l’énumération pour dire le monde

  1. ARZUR

    Par la lettre de DIALOGUES(BREST)j’ai pu lire le « travail » de l’ATELIER
    du 10février.Dommage que tous les textes n’y étaient pas!
    Et je ne pense pas que Pierre les ait censurés!
    Il aurait fallu peut-être les enregistrer!Ce n’était pas l’exercice.
    Je n’ai pas retrouvé ceux qui m’avaient le plus touchée.
    Dommage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s