Dimanche 26 septembre, dans le TER Beauvais-Paris. Journal d’écriture d’Anne Savelli.

Week-end à la campagne avec dimanche pluvieux de rigueur (un vrai déluge)
et aussi :

M. qui m’envoie une photo prise au portable à la Fnac Italie : Franck en réassort !

Piero qui poste sur Pendant le week-end un article dans lequel il définit mon livre comme un ovni, y voit une guerre, une lutte contre la prison (Christophe Grossi sur le blog ePagine insistait lui aussi sur le faire, sur l’action, tandis que je me sentais tellement passive, moi)

petit texte écrit sur les mains de Franck (il faut avouer) pour les vases co de vendredi avec Cécile Portier (mais dans le texte l’homme évite la bagarre)

(un autre aveu suit mais il est indiqué, dans le cahier, qu’il ne paraîtra pas en ligne. Dont acte)

N’ai pas du tout l’impression d’être arrivée au terme. Ca aura lieu, peut-être, si un jour je suis invitée dans le Nord pour parler de mon livre. Pour l’instant, pas du tout, la boucle n’est pas bouclée.

Ces derniers jours, réussi à relire un peu : Retour aux mots sauvages de Thierry Beinstingel (très bien), Nagasaki d’Eric Faye et aujourd’hui, Signes cliniques de Christine Jeanney, dont je me sens très proche. Livre sur l’attente, grave et précieux, à relire.

Poster un commentaire

Classé dans Auteur(e) en résidence : Anne Savelli, Auteurs invités sur ce blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s