Jeudi 21 octobre, au café. Journal d’écriture d’Anne Savelli.

Depuis que je suis rentrée du Mans, quoi ? Un peu de boulot alimentaire (lecture, corrections d’articles de socio) et retour à Dita Kepler. Ecrit une variation, Supporter sa douceur, venue de nulle part, de nul lieu avouable en tout cas, croît gentiment sans que je sache si ça vaut quelque chose. C’est le principe même de DK : avancer dans le noir.

(le premier vendredi du mois suivant, Christophe Grossi l’accueillera sur son blog lors des vases communicants. Ce sera la première, et la dernière fois à ce jour, qu’une partie du texte pourra être lue quelque part. Dita Kepler est un texte inachevé, dont je lis parfois des bribes en public et, ce, depuis plus de deux ans. C’est comme ça.) (pour le moment, du moins)

Je suis au café, ai raté la piscine pour continuer à écrire – sinon, ah, la journée, c’était morne plaine. La réunion à Montreuil et le Mans m’ont vidée et je m’aperçois que l’écriture m’épuise. Il faudrait trouver le temps de faire un peu autre chose (tu parles) (c’est cependant toujours valable) (tu parles, quand même) (etc).

Poster un commentaire

Classé dans Auteur(e) en résidence : Anne Savelli, Auteurs invités sur ce blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s