Les éditions Absalon

Créées fin 2006, sous le signe de William Faulkner (Absalon, Absalon !), les Editions Absalon ont pour vocation première de promouvoir une littérature de création, d’expression tant française qu’étrangère.
Nous sommes heureux de les inviter sur notre blog, le temps d’une interview et bien plus longtemps encore…

Quand et comment l’idée de créer Absalon est-elle née ?

L’idée de créer les Éditions Absalon est née en 2006, en raison d’une profonde addiction à la littérature et d’une volonté de faire émerger de nouvelles voix. La littérature autrichienne, fondamentalement différente de la littérature allemande par son humour et son regard distancié sur le réel, nous a semblé à ce titre injustement méconnue.

Pourquoi ce nom ?

En référence à Absalon, Absalon ! de William Faulkner, écrivain qui fait partie de notre panthéon littéraire, en raison, notamment, de l’inventivité de la narration dans ses grands romans.

Combien de livres publiez-vous à l’année ? Et surtout, comment les choisissez-vous ?

Entre 4 et 5. Le premier critère, tant pour la collection autrichienne « K. 620 » que pour les réédition de la collection « La Reverdie », est la qualité littéraire. Dans le premier cas, l’idée est de publier non un titre isolé, mais l’œuvre d’un auteur. Le choix est d’autant plus aisé que Catherine, directrice de la collection « K. 620 », est elle-même traductrice, et donc lectrice, de l’allemand. Dans le second cas, il s’agit de rééditer des textes aujourd’hui difficilement accessibles d’auteurs auxquels nous sommes particulièrement attachés. Mais, cette collection est aussi le lieu de faire partager de belles découvertes.

Aviez-vous le projet de plusieurs collections dès le début de l’aventure ?

Oui, nous tenions tous deux à publier, c’est-à-dire à rendre public, à la fois deux textes oubliés de notre cher Villiers de l’Isle-Adam (Tribulat Bonhomet et Axël) et à faire découvrir au lecteur français les petites proses poétiques d’un Günter Brus (Amor & Furor), personnalité davantage connue par ses dessins et surtout performances artistiques que pour ses écrits littéraires.

Quelle importance accordez-vous au graphisme, à la mise en page, aux couvertures, aux illustrations ?

Énorme, sans même parler de l’importance accordée aux photographies de couverture, nous n’avons pas hésiter à passer commande à un photographe pour illustrer les Enigmes de Marc Papillon de Lasphrise et à deux membres de l’OuBaPo pour La Princesse Hoppy de Jacques Roubaud.

Quels sont les auteurs qui ont particulièrement marqué l’histoire de votre maison d’édition ?

Werner Kofler et Jacques Roubaud, dont Automne, liberté et La Princesse Hoppy ont par ailleurs parus simultanément à l’automne 2008 ont été de belles rencontres.

Par quel livre dois-je commencer, pour découvrir votre catalogue ? Pourquoi ?

Question difficile ! Difficile de choisir, en effet, entre un auteur confirmé tel que Werner Kofler, maître de l’invective et de l’imprécation, virtuose du collage et dynamiteur du récit, et une figure d’une nouvelle génération tel que Hanno Millesi, chez qui la critique sociale et la critique du langage sont teintés d’un humour fortement anglo-saxon. aussi recommanderions-nous au lecteur curieux d’entreprendre une excursion dans les paysages alpestres de Derrière mon bureau de Werner Kofler, et, ou, de tenter une immersion dans l’univers lucide et caustique de Murs de papier de Hanno Millesi.

Pouvez-vous nous parler de vos nouveautés de l’année ?

En début d’année nous avons publié Jacques Roubaud, compositeur de mathématique et de poésie, ouvrage collectif qui dresse sinon un panorama complet de l’œuvre de Jacques Roubaud, tente du moins, pour la première fois en français, d’en explorer les différentes facettes.

Dans le même temps paraissait L’Anatomie du parasite de Georg Petz. Ce recueil de nouvelles, à l’écriture éminemment poétique, baigne dans une atmosphère crépusculaire de fin du monde, où l’homme est un « parasite » pour l’homme. Ici l’humanité loin de s’acheminer vers un quelconque progrès, se dirige , au contraire, vers le « régrès ».

Cet automne notre collection autrichienne est à l’honneur avec un nouvel opus de Werner Kofler, Hôtel Clair de Crime, deuxième volume de son triptyque alpestre, dans lequel Kofler se livre à un dynamitage jouissif de la narration et de la réalité, sans jamais perdre de vue l’histoire, petite ou grande, de l’Autriche.

Simultanément, paraît … plus gros que le ventre de Linda Stift, psycho-thriller dans lequel la narratrice tombe sous l’emprise d’une vieille femme, hantée par la figure de Sissi ; dans le même temps les vieux démons de la narratrice, la boulimie et son avers l’anorexie, ressurgissent. Un roman baroque où l’humour le dispute au suspens.

À la toute fin de l’année devrait sortir Le Roi fou de Gustave Kahn. Au travers du portrait d’un Ubu mélancolique, roi d’une Belgique d’opérette transportée en pays allemand, et sous l’humour mordant de certaines saynètes, perce la critique sociale et politique à l’encontre de l’alliance des gouvernants et des financiers pour mettre en coupe réglée les pauvres et les colonies, situation qui n’est pas sans rappeler certains aspects de notre époque.

Y a-t-il d’autres projets dont vous souhaiteriez nous faire part ?

Quant à nos projets, ils consistent avant tout à approfondir le travail déjà réalisé depuis cinq et à continuer à publier nos auteurs.


Propos recueillis par Caroline, pour la librairie dialogues, en novembre 2011.
Merci, mille fois merci à Catherine & Dominique Fagnot, des éditions Absalon, d’avoir eu la gentillesse et la patience de répondre à ces questions.

1 commentaire

Classé dans Maisons d'édition invitées sur ce blog

Une réponse à “Les éditions Absalon

  1. merci de toutes ces précisions sur cette maison d’édition
    bises par là

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s