Entretien avec Jean Rohou

Ce mois-ci, Jean Rohou sera notre invité le jeudi 4 octobre, pour nous présenter son ouvrage Catholiques et Bretons toujours ? (éd. Dialogues). Cet ouvrage précisément documenté est nourri de réflexions sur la religion en Bretagne, du Moyen-Âge à nos jours, et parsemé d’anecdotes piquantes et révélatrices.


Jean Rohou, après Le Christ s’est arrêté à Rome, vous publiez un nouvel essai sur la religion en axant votre réflexion sur la Bretagne. Pourquoi ce focus sur l’histoire de la religion en Bretagne ?

Le Christ s’est arrêté à Rome montrait la contradiction entre l’Église et l’Évangile. Ce livre-ci raconte l’histoire de la religion en Bretagne, où elle a eu plus d’importance que dans la plupart des régions.

Quels sont, selon vous, les événements majeurs de l’histoire religieuse en Bretagne ?

Voici quatre faits majeurs :

– une christianisation différenciée : forte au Sud-Est (Loire-Atlantique, Morbihan oriental, Sud-Est de l’Ille-et-Vilaine) par les autorités, et au Nord-Ouest (Léon) par les immigrés et leurs moines, moindre au centre. Ces différences ont persisté jusque vers 1960 ;

– les missions spectaculaires du xviie siècle qui ont vraiment christianisé et moralisé les gens et même les prêtres, souvent buveurs et même paillards jusque-là ;

– la Révolution : initialement très favorables, les prêtres bretons ont très majoritairement refusé des mesures maladroitement autoritaires, ce qui a conduit à une répression meurtrière ;

– les violents affrontements, de 1880 à 1907, entre le clergé, soutenu par la population, et des gouvernements anticléricaux qui envoyaient des centaines de soldats expulser quelques religieuses.

Auriez-vous une anecdote étonnante à nous raconter ?

J’en raconte beaucoup. En voici deux :

– la croisade de l’évêque de Quimper, en 1932, contre la « pornographie », qui en fit une vedette du Canard enchaîné ;

– l’étonnante formation artistique et civique au petit séminaire de Pont-Croix vers 1935 : chorale, orchestre, théâtre (même Le Jeu de l’amour et du hasard) ; débats d’actualité : fascisme, communisme, guerre d’Espagne.

Quelle fut votre propre expérience de la religion ? Est-ce sans aucun doute que vous vous proclamez athée ?

Si à quatorze ans, on m’avait demandé si Dieu existe, je n’aurais pas compris la question. Aujourd’hui je ne comprends pas que l’on puisse croire ce que je croyais alors et que croient plusieurs de mes amis. Cela prouve la variabilité de nos convictions. Rien de plus.

Là encore, vous n’émettez pas de jugement ferme mais laissez ouverte la réflexion. Quelle voie emprunte aujourd’hui la religion en Bretagne ? Peut-on encore dire Bretons et catholiques toujours ?

Jamais, toujours, sont des mots à éviter. Dans ma paroisse, 98 % des gens allaient à la messe tous les dimanches jusqu’en 1960. Aujourd’hui, personne de moins de cinquante ans n’y va régulièrement. Mais en 1793, 1830, 1900, on a déjà annoncé la mort de la religion. Aujourd’hui, la civilisation matérialiste nous donne tant de satisfactions que nous n’aspirons plus à un autre monde ; mais elle est en crise, et un jour on trouvera peut-être que le bonheur humain ne peut pas consister dans la consommation. Aujourd’hui, le Vatican contredit tellement nos mœurs et nos idées qu’il discrédite l’Évangile ; mais l’Église finit toujours par accepter l’évolution historique – avec beaucoup de retard.

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s